Go to ccig.ch
  ou Login MyCCI
X
Menu
Event type

Un soutien de la Suisse à une nouvelle génération d’accords commerciaux plus durables

CCIG
Published on 07/03/2021
Press release

(Genève, le 7 mars 2021) En cette journée de votations, les citoyens et citoyennes se sont rendus aux urnes pour s’exprimer notamment sur un accord économique inédit entre l’AELE (Association Européenne de Libre-Echange, dont la Suisse est membre) et l’Indonésie, ainsi que sur la mise en place d’un cadre juridique pour le développement d’une identité électronique (e-ID). Plus localement, les électeurs de la Ville de Genève se sont prononcés également sur le projet “Clé de Rive” qui alliait piétonnisation et création d’un parking. La CCIG se réjouit de l’acceptation par le peuple de l’accord avec l’Indonésie et prend acte du refus des objets autrement plus controversés concernant l’e-ID et « Clé de Rive ».

Une voie vers une nouvelle génération d’accords commerciaux plus durables

L’accord avec l’Indonésie accepté aujourd’hui par le peuple suisse permettra aux entreprises exportatrices, suisses et genevoises, d’accéder à l’un des plus grands marchés au monde, en pleine croissance. Les échanges seront facilités, les barrières au commerce levées. En outre, cet accord intègre des dispositions de large portée en matière de durabilité. Bien que l’accord ne prévoie pas de « libre-échange » sur l’huile de palme, des réductions douanières s’appliqueront pour autant que la production locale respecte des standards économiques, écologiques et sociaux très élevés. Le modeste volume d’huile de palme importée d’Indonésie en Suisse ne mettra donc pas en danger le marché intérieur des huiles végétales et l’agriculture suisse sera ainsi préservée. La CCIG se réjouit de ce résultat qui ouvre la voie vers une génération d’accords commerciaux plus durables.

Les Suisses tiennent à une protection accrue de leur identité numérique

La CCIG s’était prononcée en faveur de la loi e-ID qui posait les bases juridiques d’une identité électronique suisse reconnue par l’État. Malgré les avantages indéniables qu’aurait procuré la mise en place d’un tel outil compte tenu de l’essor des démarches en ligne demandant l'identification des usagers, le cadre juridique proposé n’a pas su remporter l’adhésion d’une majorité de votants. La CCIG prend acte de ce résultat et espère qu’une solution alternative, plus convaincante, verra le jour rapidement.

« Clé de Rive » : l’émotion plutôt que la raison

Les habitants de la Ville de Genève se sont prononcés en défaveur du projet « Clé de Rive ». Ce projet visait à piétonniser une grande zone du centre-ville tout en compensant les places de parking supprimées en surface, dans un parking souterrain, le tout sans créer une seule place de stationnement supplémentaire pour les voitures. Ce pôle de mobilité aurait permis, en revanche, de créer de nombreuses places pour les vélos et les deux-roues. Bien que le développement de ce paquet bien ficelé ait pris de nombreuses années, les opposants ont mené une campagne émotionnelle qui a cristallisé les positions. L’aménagement de cet espace aurait pourtant permis de créer une magnifique zone piétonne qui aurait facilité l’accès aux commerces, offert un site de qualité aux maraîchers, et permis aux restaurateurs d’augmenter leur offre de places en terrasse.

La CCIG prend acte de ce résultat et regrette que la Ville de Genève n’ait pas la capacité de développer des projets visionnaires qui améliorent la qualité de vie de ses habitants.

0 comment