Menu
Event type

Situation actuelle des grains et céréales dans le monde

STSA
Published on 13/06/2022
Feature articles

L'Association suisse du négoce de matières premières et du transport maritime (STSA) a analysé les causes du renchérissement actuel des matières premières agricoles et les solutions possibles. Nous partageons ici son article.

A quoi la hausse du coût des céréales est-elle liée ?

Le prix des matières premières dépend d'un ensemble de facteurs à court, moyen et long termes. Les coûts élevés de l'énergie, les chaînes d'approvisionnement perturbées, les blocages dus au Covid, le manque de liquidité financière sont autant de facteurs à court terme qui peuvent avoir un impact significatif sur l'offre et la demande.

En outre, la guerre en Ukraine a bouleversé les flux commerciaux traditionnels : la région de la mer Noire est une région-clé pour les produits agricoles et le manque de disponibilité des céréales et grains a resserré l’offre. Les négociants ont dû changer leurs routes traditionnelles, qui vont du producteur à un destinataire, pour satisfaire la demande. Cette tendance devrait se poursuivre pendant un certain temps.

Bien que les négociants agroalimentaires soient experts dans l'adaptation à ces défis, la guerre en Ukraine a rappelé brutalement que la gestion des chaînes d'approvisionnement mondiales exige une approche globale.  Tous les participants à la chaîne – entreprises, ONG et gouvernements – ont un rôle à jouer pour s'assurer de l'approvisionnement dans le monde.

Il s'agit d'une industrie mondiale et toute perturbation due à des réponses politiques telles que des sanctions et des interdictions d'exportation peut modifier des approvisionnements déjà tendus et augmenter les prix.

Quel est le rôle des négociants dans la hausse des prix des matières premières ?

Tous les participants à la chaîne d'approvisionnement agricole doivent s'unir pour relever les défis auxquels le monde est confronté afin de s'assurer que la nourriture arrive de l'endroit où elle est cultivée à l'endroit où elle est nécessaire.

Les négociants internationaux s’engagent à faire leur part du travail pour contribuer à assurer la sécurité alimentaire dans le monde. C'est le type d'environnement pour lequel un réseau mondial équilibré d'actifs, un vaste portefeuille et une réflexion innovante sur les offres alternatives sont conçus, et leurs équipes gèrent cette situation complexe et dynamique. Ce travail est plus crucial aujourd’hui plus que jamais auparavant.

Les leaders du secteur font tout ce qui est en leur pouvoir pour atténuer les risques et aider à relier les agriculteurs et les consommateurs afin de fournir des denrées alimentaires, des aliments pour animaux et des carburants essentiels.

Qui profite de la hausse des prix des grains et des céréales ?

L'histoire montre que les prix élevés des produits agricoles incitent fortement les agriculteurs à cultiver davantage, car ils bénéficient d’une valeur plus élevée de leurs céréales (comme le maïs, le soja et le blé, dans la situation actuelle), et qu'à mesure que la production augmente ils accroissent leurs revenus.

En conclusion, les prix sont déterminés par l'offre et la demande des produits agricoles et il est essentiel pour un négociant de pouvoir sécuriser ses opérations en utilisant les marchés financiers. Les acteurs financiers apportent de la liquidité aux marchés et créent ainsi de la transparence. La liquidité et la transparence sont toutes deux nécessaires aux agriculteurs pour se protéger des variations de prix.

Pourquoi les prix des denrées alimentaires ont-ils tendance à augmenter ?

La fluctuation des prix est principalement due aux déséquilibres entre l'offre et la demande. Cet équilibre est précaire et nécessite chaque année une bonne récolte, une bonne culture et une bonne moisson, tant dans l'hémisphère nord que dans l'hémisphère sud. Le moindre incident provoque automatiquement une situation déficitaire ou excédentaire qui peut avoir un impact temporaire sur le niveau des prix. L'approvisionnement régulier en matières premières agricoles et le niveau des prix dépendront donc des conditions climatiques et politiques. L'impact à court terme des conditions climatiques et politiques peut déclencher des réactions de panique face aux informations sur le niveau des stocks de produits agricoles et la qualité des récoltes. La guerre en Ukraine et le blocus de la Mer Noire ajoutent une instabilité sur les marchés.

En ce qui concerne la tendance des prix  à long terme, différents facteurs doivent être pris en considération :

  • Le changement climatique contribuant à des schémas météorologiques plus imprévisibles
  • La croissance de la population mondiale, qui atteint 8,9 milliards d'habitants, exige une augmentation de la production agricole mondiale de 70 % d'ici 2050
  • L'évolution de la demande liée au développement économique des pays émergents
  • L'exode rural et l'évolution des modes de consommation
  • La pénurie d'agriculteurs en raison de conditions économiques peu attrayantes
  • La diminution des superficies cultivées créant des ratios stocks/utilisation parmi les plus bas
  • La distorsion des marchés résultant de l'intervention des gouvernements par le biais de sanctions, d'interdictions/quotas d'exportation et de constitution de stocks
  • Le manque d'investissement dans l'agriculture, en particulier dans les pays en voie de développement
  • L'utilisation inefficace de terres arables déjà limitées
  • Un gaspillage important des produits agricoles : on estime que 30 à 40% de la production agricole, avant et après la récolte, est gaspillé.

Les investissements dans l'agriculture visant à une efficience accrue sont bénéfiques à une production mondiale plus élevée, un rôle que les entreprises de négoce de matière premières agricoles assument déjà. En Suisse, les négociants traitent des biens physiques et organisent la chaîne logistique. Dans un marché hautement concurrentiel, le négociant assure l'accès aux produits agricoles, leur transport et l'approvisionnement des pays qui en ont besoin.

Quels facteurs contribuent-ils à la hausse des prix des produits agricoles ?

La combinaison du climat, des conflits, du Covid et du coût des intrants (énergie, engrais) a un impact significatif sur l'offre et la demande, ce qui, en fin de compte, touche le plus durement les communautés les plus vulnérables.

Chaînes d'approvisionnement mondiales, accès à la nourriture, barrières commerciales, incertitude économique et conflits sont envisagés dans un contexte de changement climatique. En fin de compte, tous ces aspects doivent être traités de manière collective et mondiale, car nos systèmes alimentaires ne feront que devenir plus vulnérables à mesure que les effets négatifs du changement climatique s'accentueront.

Quelles sont les solutions à court terme ?

Les solutions pour garantir des prix plus bas et un meilleur accès à la nourriture se trouvent dans la suppression des barrières commerciales. Afin que nous puissions acheminer la nourriture de l'endroit où elle est cultivée vers les endroits où elle est le plus nécessaire. La sécurité alimentaire est au cœur de la mission des négociants et du travail de leurs équipes. Voici quelques-unes des principales solutions à court terme :

  1. Faciliter l’accès aux ports de la mer Noire
  2. Maintenir les frontières et les marchés ouverts : notamment assurer la libre circulation des grains et céréales en Ukraine et dans la région et relever les défis logistiques actuels pour importer et exporter des aliments et des produits de base
  3. Garantir la liquidité financière : l'incertitude gèle les capitaux. Les pays émetteurs de sanctions pourraient supprimer l’ambiguïté générée par les sanctions. En clarifiant leurs discours, les banques s’engageraient à nouveau dans le financement du commerce international agricole.
  4. Soutenir les plantations et les récoltes dans les zones de conflit : établir des couloirs sécurisés pour l'importation et l'exportation. Garantir l'accès au marché mondial des produits agricoles.
  5. Demander aux pays qui détiennent actuellement les stocks de céréales les plus importants de les libérer sur les marchés et de soutenir ainsi les efforts de lutte contre la faim du Programme alimentaire mondiale (PAM) des Nations Unies pour répondre aux besoins humanitaires les plus urgents.

Les négociants internationaux actifs dans le secteur agricole n'ont qu'une seule tâche à accomplir : acheminer les marchandises de l'endroit où elles sont produites vers les lieux où elles sont nécessaires. Il n’y a qu’eux tout au long de la chaîne logistique qui font ce travail et ils s'acquittent de cette tâche de manière exemplaire pour approvisionner le monde.

La Suisse, et Genève, peuvent être fiers de disposer dans leur tissu économique d'un secteur essentiel à la vie quotidienne de chaque citoyen du monde.

0 comment


Comments are moderated